GANGA (Inde)

Véritable colonne vertébrale de l’Inde du Nord, le Gange draine une population agricole, souvent misérable dans un bassin densément peuplé. Une artère de vie qui dévale de la chaîne himalayenne puis serpente dans l’immensité de la plaine gangétique. En période de crue, les inondations tant attendues, de bonne augure recouvrent d’un épais limon ce grenier de l’Inde du nord. Haut lieu de l’hindouisme, ce fleuve mythique rassemble toute la dimension spirituelle du pays avec la déesse Ganga sanctifiée et adorée le long de ses rives. Une fois tous les douze ans, dans la ville de Allahabad, les mois de février et mars s’avèrent dans la cosmogonie Indoue, une période idéale de purification. Près de 100 millions de dévots se sont rassemblés en une gigantesque « Maha Kumba Mellah », et ont prié harmonieusement au « Sangam » (confluent du Gange et de la Yamuna) où fut dispersé les cendres de Gandhi. C’est encore le Gange d’une pollution insoutenable, qui après la délivrance de l’enveloppe corporelle par le feu, disperse et véhicule les cendres des défunts jusqu’à l’océan Indien. Après 2700 Kms d’interminables méandres, sa course s’achève dans le plus grand delta du monde entre l’Inde et le Bangladesh régulièrement frappé par des cyclones dévastateurs.